5) Défense

Une des autres fonctions de la bioluminescence est l'autodéfense de l'animal émettant la lumière en question. En effet, un flash lumineux est expulsé, celui-ci effraye l'adversaire et l'aveugle. Ainsi, le potentiel prédateur est repoussé et l'animal luminescent peut s'échapper plus aisément. Dans ce cas, on peut noter les méduses Atolla et Perphilla, animaux bioluminescents vivants à plus de 500 mètres de profondeur, qui repoussent l'attaque des prédateurs par des ondes lumineuses se propageant sur l'ensemble de leur corps. Ensuite, la bioluminescence peut servir comme un leurre. Certains animaux marins utilisent un signal luminescent comme rôle de diversion. Ils abandonnent un fragment de leur corps biolumineux, qui continue à luire indépendamment. Certains vers marins utilisent cette technique pour échaper à leurs prédateurs. De plus, chez les plus grands animaux, le rôle protecteur de la bioluminescence peut être d'exagérer la taille de l'animal qui la produit. En effet, des certains poissons possèdent de petits organes lumineux situés sous leurs nageoires qui illuminent leur silhouette. 

Si ces techniques de défenses semblent assez simple, il n'en va sans doute pas de même pour d'autres poissons. C'est le cas d'un poisson nocturne très connu que nous avons vu plus haut : le Photoblepharon. Il possède un organe lumineux fonctionnant en permanence, situé sous ses yeux, qu'il cesse de faire fonctionner à l'approche d'un prédateur et qu'il rallume un peu plus loin. De ce fait, le prédateur est troublé et ne parvient donc pas à repérer sa proie.

Meduse Peraphiilla

Méduse Peraphilla

 

Méduse Atolla

Méduse Atolla

 

Photoblepharon

Photoblepharon

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site